Journées cinématographiques thématiques: Saint-Denis

Du 22 au 28 février 2017

17es JOURNÉES CINÉMATOGRAPHIQUES DIONYSIENNES
   ÉRIC JUDOR, MICHEL HAZANAVICIUS, BRUNO PODALYDÈS...

Du 22 au 28 février 2017, les 17es Journées cinématographiques dionysiennes proposent HAHAHA, sept jours de résistance pour rire ensemble.

Les Journées cinématographiques dionysiennes se font une joie de partager la vigueur du cinéma en usant de sa force comique : résistance par le rire ou rire de résistance, « HAHAHA » traversera l'histoire du cinéma en plus de 70 films (classiques, inédits, avant-premières) avec, pour fil jaune, des oeuvres qui toutes affirment la vis comica, littéralement, "la force comique", le pouvoir de faire rire en questionnant notre société. Événements du festival, Éric Judor et Michel Hazanavicius nous parleront de leur travail à l'occasion de deux masterclasses, Bruno Podalydès viendra nous présenter en exclusivité son Dieu seul me voit (version interminable) et les auteurs du jeune cinéma français comique participeront à une table ronde autour de leur travail. Rendez-vous du 22 au 28 février 2017 pour dresser à nos côtés une cartographie mondiale du zygomatique engagé !

Les trois journées proposées:

 

MARDI 21 FEVRIER 2016 - JOURNEE LYCEENS EN IMMERSION DE FESTIVAL

« Et vous trouvez ça drôle ? »
Journée conçue et animée par Laurent Aknin, critique et historien de cinéma.

10h00    Accueil, petit déjeuner et présentation de la journée

  10h30-12h  Ciné-conférence émaillée d’extraits de films « A force d’écrire des choses horribles les choses horribles finissent par arriver ! ». Cette réplique culte ne se trouve ni dans un mélodrame, ni dans un film d’horreur, mais dans un des meilleurs films comiques de l’histoire du cinéma français (Drôle de drame).   A travers cette ciné-conférence, il s’agira précisément d’étudier ce qui provoque le rire, en particulier dans la tradition burlesque (Laurel et Hardy, les Marx…) ou du dialogue « non-sensique » (des Marx, toujours, jusqu’à J.Prévert) : rire de défense face à l’inacceptable, à la violence, rire de révolte, de contestation ou de dénonciation. A travers des extraits, et l’analyse de la mécanique des gags de différents styles, on tentera moins de déterminer « ce qui fait rire » que : « Pourquoi rit-on (ou non…) ? »

12h-13h45 Déjeuner libre  (chacun apporte son repas, nous serons dans une salle couverte non loin du cinéma)

                

      14h   Film  Présentation et projection de LA SOUPE AU CANARD,
de Leo McCarey /Etats-Unis/1933/Noir et Blanc/1h10/VOstf/ avec les Marx Brothers
Antonin Artaud disait à propos des Marx Brothers qu’ils représentaient « un hymne à l’anarchie et à la révolte intégrale ». Dans ce film, sans doute leur chef d’œuvre, Groucho incarne un histrion inculte qui est placé à la tête d’un pays imaginaire pour plaire aux créanciers qui contribuent au budget de l’état. Bientôt la guerre éclate avec le pays voisin !
   

  15h30    Questionnaire ou film surprise

      16h30   Fin de journée

VENDREDI 24 FEVRIER 2016 
MASTERCLASS    MICHEL HAZANAVICIUS

animée par Emmanuel Burdeau, écrivain et critique de cinéma.

14h-15h50   Masterclass MICHEL HAZANAVICIUS  en sa présence 

16h    Projection   OSS 117, LE CAIRE NID D’ESPIONS (1h39)
de Michel Hazanavicius, 2006, avec Jean Dujardin, Berenice Bejo, Aure Atika .
Cette adaptation très libre de la série littéraire OSS 117, plus qu'un film d'action ou d'espionnage, a vocation d’être humoristique, tournant en dérision le personnage principal qui se révèle orgueilleux, prétentieux et surtout bourré de préjugés misogynes ou xénophobes. La naïveté d’OSS 117 traduit pleinement l’attitude de l’Occident face au tournant politique que représentent les années 1950 dans l’histoire mondiale. Le Caire nid d’espions n’est donc pas simplement un pastiche des films d’espions : c’est aussi un film dont certains effets comiques reposent sur le recul qu’un spectateur informé a aujourd’hui sur les faits historiques de l’époque.

LUNDI 27 FEVRIER 2016   -  MATINEE LYCEENS EN IMMERSION DE FESTIVAL

Présentation par Nicolas Chaudagne,
coordinateur du dispositif Lycéens et Apprentis Au Cinéma
et enseignant à Paris-Est

10h00   Film  Présentation et projection de MAN ON THE MOON,
de Milos Forman
États-Unis/1999/couleur/1h57/VOSTF/35mm
avec Jim Carrey, Danny DeVito, Courtney Love

La vie d'Andy Kaufman, humoriste excentrique, énigmatique et en avance sur son temps. Catapulté roi de la TV avec l'émission Saturday Night Live et la sitcom Taxi, Andy Kaufman est perçu comme tellement décalé que, lorsqu'il annonçe, se sachant atteint d'un cancer du poumon, sa mort prochaine, tout le monde croit à une blague.

Le film doit bien sûr énormément à Jim Carrey, grand admirateur de Kaufman. Il impressionne par sa capacité à changer de registre, de ton, d'accent, dans la même phrase pour ainsi dire. A peine pense-t-on le cerner qu'il nous échappe […] Le film de Forman est constamment sur le fil, ébouriffant sans jamais chercher à être efficace : joyeux et morbide, transgressif et tranquille. Voilà un mégashow hollywoodien, mais ravagé de l'intérieur. Un show brillamment amputé de son business.