L'Envers d'une histoire

De Mila Turajlic - En salles 24 octobre

Serbie, France, documentaire, 1h40

Une porte condamnée dans un appartement de Belgrade révèle l’histoire d’une famille et d’un pays dans la tourmente. Tandis que la réalisatrice entame une conversation avec sa mère, le portrait intime cède la place à son parcours de révolutionnaire, à son combat contre les fantômes qui hantent la Serbie, dix ans après la révolution démocratique et la chute de Slobodan Miloševic´.

Notes de l'auteur 

L’Envers d’une histoire nous emmène dans le cadre d'une maison de famille, utilisant l'espace intérieur et la vie personnelle de ses habitants comme un moyen de projeter une nouvelle lumière sur les événements extérieurs. Les conversations avec ma mère sont l'épine dorsale du film, et bien que je ne sois pas visible dans le cadre, ma voix et mes remarques viennent contrebalancer ses propos. C’est un dialogue entre mère et fille, mais, également, entre deux adultes, chacune à une étape différente de sa vie. Ma mère, professeure en ingénierie électrique, est devenue une figure publique durant les guerres civiles des années 1990 en tant que voix critique se levant contre le régime de Slobodan Milošević. Elle fut une membre active du mouvement Résistance, et fut renvoyée de l'Université de Belgrade à cause de son franc-parler. Après la révolution qui renversa le régime de Milošević, elle devint secrétaire d’Etat pour le premier gouvernement démocratique. J'ai passé mon enfance à la suivre dans des rassemblements politiques et j'ai étudié les sciences politiques en pensant que je serais aussi engagée qu'elle dans la lutte pour l'avenir de mon pays. En voyant l'échec de la transition démocratique, j'ai perdu toute confiance dans l'engagement politique et j'ai décidé de quitter le pays.

Alors que notre conversation évolue, il y a des désaccords, des souvenirs différents d’événements, des choses qu'elle aurait préféré que je ne demande pas. Je lui parle pendant qu'elle fait des tâches ménagères, allant au-delà de la personnalité de l'activiste pour révéler aussi une femme au foyer et une mère, préparant un gâteau ou en train de nettoyer l'argenterie de la famille. La caméra s'attarde sur ces objets de famille, objets transmis de génération en génération, et le patrimoine matériel se transforme en histoire d’un héritage moral.