LAAC - Programmation

Cinq films sont proposés chaque année, parmi lesquels les enseignants peuvent composer leur programmation de trois titres minimum. Spectateurs à part entière, les élèves sont invités à découvrir des œuvres qu’ils n’iraient généralement pas voir spontanément. La projection en salle de cinéma, où les films sont vus dans les meilleures conditions, favorise l’appropriation du cinéma comme contenu et comme pratique culturelle.

La programmation est présentée dans les pages suivantes par Vincent Malausa

Vincent Malausa est membre du comité de rédaction des Cahiers du cinéma depuis 2001. Dans le cadre du dispositif Lycéens et apprentis au cinéma, il a rédigé les dossiers pédagogiques sur Noi Albinoi (2006), La Famille Tenenbaum (2008), Grizzly Man (2009), Bamako (2011), Burn After Reading (2013), Au nom du peuple italien (2014), Tel père, tel fils (2015) et Une belle fin (2016).

Télécharger les documents pédagogiques :

 

de Robert Bresson
France - 1959 - 1h15 - noir & blanc - avec Martin Lasalle, Marika Green, Jean Pélégrini, Pierre Leymarie
« Ceci n’est pas du style policier » : cette expression mythique qui ouvre Pickpocket n’a rien d’une notice ou d’une mise en garde mais redouble au contraire, à la manière d’une invocation chamanisme ou d’une formule magique, le principe d’ivresse et de secret impénétrable dans lequel se tient cette fulgurante épure de l’esthétique bressonnienne.
d'Alfred Hitchcock
États-Unis - 1960 - 1h49 - noir & blanc avec Anthony Perkins, Janet Leigh, Vera Miles, Martin Balsam
On connaît les raisons qui font de Psychose le film le plus célèbre d’Alfred Hitchcock. Sa légendaire scène de douche (peut-être la séquence la plus commentée de l’histoire du cinéma), sa partition de cordes mille fois plagiée et ses effroyables twists ne doivent cependant pas faire oublier la place unique que le film tient dans l’oeuvre de son auteur.
de Hayao Miyazaki
Japon - 2002 - 2h06 - couleur
Dans l’oeuvre monumentale d’Hayao Miyazaki, pionnier du cinéma d’animation japonais, Le voyage de Chihiro occupe une place particulière. Longtemps, les films de l’auteur sont demeurés peu visibles en Occident et connus seulement d’un petit cercle de cinéphiles et de passionnés. La situation se débloqua à la fin des années 90, et Le voyage de Chihiro, sorti en 2001, fut un des premiers titres du...
De Jafar Panahi
Iran – 2015 – 1h26 – couleur – distribution non mentionnée par mesure de précaution
Si Jafar Panahi fait partie des pionniers de la nouvelle vague iranienne, l’évolution de son oeuvre, qui s’offre en écho aux persécutions politiques dont le cinéaste fait encore actuellement l’objet dans son pays, en fait désormais aussi le symbole d’un genre à part entière : un cinéma expérimental de la dissidence réinventant incessamment sa forme au gré des systèmes de résistance que l’auteur...
D'Emmanuel Gras
France – 2017 – 1h36 – couleur avec Kabwita Kasongo, Lydie Kasongo
En filmant, dans Bovines, une sorte de pastorale du point de vue animal et dans une perspective aussi ambitieuse que décalée (politique, poétique et même cosmique), Emmanuel Gras avait tenté et réussi un remarquable pari. Celui engagé par Makala, son troisième long-métrage documentaire, est beaucoup plus risqué. Le choix de tourner en Afrique et de suivre le quotidien d’un jeune vendeur de...