LAAC - Programmation

Un projet d’action culturelle

Lycéens et apprentis au cinéma en Île-de-France permet aux élèves inscrits dans les lycées et les centres de formation d’apprentis franciliens de découvrir en temps scolaire des oeuvres cinématographiques exigeantes présentées en version originale sous-titrée et en salle de cinéma. Cinq films sont proposés parmi lesquels les enseignants peuvent composer leur programmation de trois titres minimum. La fréquentation des salles de cinéma, où les films sont restitués dans les meilleures conditions de présentation et d’accompagnement, favorise l’appropriation du cinéma par les élèves comme contenu et comme pratique culturelle. Il s’agit de s’adresser à eux en tant que spectateurs et de les inviter à accueillir ces oeuvres qu’ils n’iraient pas voir spontanément. Un autre enjeu est de mettre en valeur leurs connaissances et leurs cinéphilie aujourd’hui diversifiées par la multiplication des écrans et des modes d’accès aux images. Formation des enseignants, dossiers films et fiches élèves, interventions en salle de cinéma ou en classe, ateliers, parcours de cinéma ou classes festival sont autant d’outils d’accompagnement des élèves au service de ce projet commun porté par les équipes d’enseignants, les salles partenaires, les intervenants professionnels et la coordination régionale. 

La Région Île-de-France, le Centre national du cinéma et de l’image animée, la Direction régionale des affaires culturelles et les rectorats de Créteil, Paris et Versailles se sont associés afin de mettre en oeuvre le dispositif Lycéens et apprentis au cinéma en Île-de-France. La coordination en a été confiée au groupement solidaire constitué des deux associations : les Cinémas Indépendants Parisiens (CIP), pour l’académie de Paris, et l’Association des cinémas de recherche d’Île-de-France (ACRIF), pour les académies de Créteil et de Versailles.

La programmation est présentée ci-dessous par Amélie Dubois.

Amélie Dubois est critique de cinéma aux Inrockuptibles et à Chronic’art. Elle est formatrice et intervenante dans le cadre des dspositifs d’éducation au cinéma à l’attention du jeune public. Elle est également rédactrice de différents livrets pédagogiques enseignants et dirige des ateliers de programmation. Elle a été membre du comité de sélection de la Semaine de la Critique et du festival de cinéma EntreVues de Belfort

TÉLÉCHARGER LES DOSSIERS PÉDAGOGIQUES ET FICHES ÉLÈVES 


 

de Fritz Lang
Allemagne – 1931 – 1h45 – noir et blanc - avec Peter Lorre, Otto Wernicke, Karl Lohmann, Gustaf Gründgens
Le piège, face à un film considéré comme un classique, est de le regarder comme une pièce de musée, un morceau imposant de l’Histoire du cinéma, de l’Allemagne, et l’illustration d’une analyse gravée dans le marbre. Certes M le maudit, premier film sonore de Fritz Lang, s’inscrit dans un contexte historique chargé dont il semble refléter les tensions et annoncer les tragiques conséquences.
de Charlie Chaplin
États-Unis – 1939 – 2h00 – noir et blanc avec Charlie Chaplin, Paulette Goddard, Jack Oakie, Henry Daniell
Comme M le maudit de Lang, Le dictateur de Charlie Chaplin est le premier film parlant du cinéaste. Cette arrivée tardive de la parole dans son oeuvre, en 1939, raconte autant sa réticence à suivre les temps nouveaux de la machine cinéma, menaçants pour un artiste du muet, qu’elle révèle la gravité avec laquelle le cinéaste prend la « chose sonore ».
de Paul Verhoeven
États-Unis – 1997 – 2h09 – couleur avec Casper Van Dien, Dina Meyer, Denise Richards, Jake Busey, Michael Ironside
Cinéaste de l’excès, cru et féroce, Paul Verhoeven suscita la polémique au moment de la sortie en 1997 de Starship Troopers considéré alors par beaucoup comme un film fasciste. Depuis quelques années le film, revu et réévalué, n’est plus véritablement sujet à controverse. Verhoeven, définitivement réhabilité par la critique avec son dernier opus Elle, semble très largement sorti de l’...
programme de courts métrages
France – 1958–2008 – 1h32 – 5 films
Quel fil relie les cinq courts métrages formellement variés de ce programme partagé entre deux époques ? Si deux d’entre eux – Tous les garçons s’appellent Patrick de Jean-Luc Godard (1957) et Les veuves de quinze ans de Jean Rouch (1966) – appartiennent au courant cinématographique de la Nouvelle Vague qui émerge à la fin des années cinquante, presque un demi siècle les séparent des autres films...
de Leïla Kilani
Maroc/France – 2011 – 1h50 – couleur avec Soufia Issami, Mouna Bahmad, Nouzha Akel, Sara Betioui
Il y a quelque chose de la Rosetta des frères Dardenne chez cette combattante enragée qu’est Badia, le personnage central du film. Prête à tout (la prostitution, le vol) pour échapper à sa condition d’ouvrière dans une usine de crevettes, cette jeune marocaine de vingt ans déploie elle aussi une énergie folle et désespérée pour garder sa dignité et imprime au film son mouvement, son tempo.