Le mois du film documentaire 2006

Godard, éducateur populaire ?

En 2006, l'ACRIF a choisi de revenir sur le cinéma documentaire de Jean-Luc Godard :

Godard, éducateur populaire ?

Jean-Luc Godard : un pédagogue au service du peuple ? La proposition est étonnante, voire provocatrice, tant l’oeuvre du maître est régulièrement répertoriée dans la case des «isme» : hermétisme, élitisme, intellectualisme.

Dans le cadre du Mois du Film Documentaire initié par Images en bibliothèques, l’Association des Cinémas de Recherche d’Ile-de-France (ACRIF) a proposé aux sites franciliens participants (cinémas, bibliothèques-médiathèques, centres culturels, MJC, etc.) de piocher dans une quinzaine de documentaires réunis sous le titre : «Godard, éducateur populaire ?».

En marge de l’industrie cinématographique, ces films rares (Tout va bien, Vladimir et Rosa, Letter to Jane, Scénario du Film passion, Moments choisis des histoire(s) du cinéma), dont certains ont été réalisés avec le groupe Dziga Vertov entre 1969 et 72, interrogent la fonction sociale du réalisateur et envisagent le cinéma comme un instrument didactique au service des masses. Comment surgit l’image, quel est son impact, comment mesure-t-on sa valeur morale ? Comme un troublant écho aux questionnements actuels sur la responsabilité des médias et l’approche du réel, ces documentaires, dont certains sont des émissions tournées pour la télévision (Six fois deux, France tour détour deux enfants), analysent le processus de production et de consommation de l’information.

Associant le spectateur à ses expériences, celui qui écrivit un jour que « les travellings sont affaire de morale » tente ainsi d’élaborer une sorte d’éthique de l’esthétique cinématographique. A sa façon, ludique et «agit prop», le maître de la Nouvelle Vague déconstruit les images pour nous mettre en garde contre une lèpre audiovisuelle encore bien vivace : la propagande.

Mathilde Blottière, Télérama.