JOURNAL D'UN PRÊTRE OUVRIER / Soirée-débat

Cinéma L'ÉCRAN - Saint-Denis - Le 20/06/2019 - Débat - Tout public - ENTRÉE LIBRE !

JEUDI 20 JUIN - 19H - ENTRÉE LIBRE !
JOURNAL D'UN PRÊTRE OUVRIER
de Maurice Failevic

Soirée organisée par Sciences POP et le cinéma l’Écran
avec le soutien de la Maison des Sciences de l'Homme Paris Nord : "Croyants et militants : que reste-t-il de l’expérience des prêtres-ouvriers ?"


Comment l’engagement religieux peut-il nourrir le combat pour la justice sociale et l’égalité ? À l’heure où la foi est trop souvent prise en otage par les combattants des pires causes réactionnaires, l’expérience des prêtres-ouvriers est riche d’enseignements. En plein cœur des « années 68 », des centaines de prêtres ont considéré que leur place était à l’usine plutôt qu’à l’Église. Embauchés comme de simples travailleurs, ils ont partagé la condition de la classe ouvrière mais aussi ses combats, jouant un rôle majeur dans les luttes sociales et dans les syndicats. D’où vient le projet des prêtres-ouvriers ? Que sont-ils devenus ? Quels échos leur expérience a-t-elle aujourd’hui ?
Ces questions animeront la projection-débat organisée avec Sciences Pop’, en présence de l’historienne Nathalie Viet Depaule (CEMS-EHESS) et de témoins dionysiens.

19:00 pot d'accueil.
19:30 projection suivi d’un débat

JOURNAL D'UN PRÊTRE OUVRIER
de Maurice Failevic
France/1976/1h40
Avec Gérard Dauzat, Ronny Coutteure, Fernand Guiot, Serge Martel
Curé d'un petit village du Nord de la France, Georges Gauthier assiste impuissant à l'exode rural. Sa paroisse se vide. Afin de retrouver le sens de sa vocation première, de redonner sens à sa vie, il suit les jeunes de son pays jusqu'à la ville, jusqu'à l'usine. Abruti par la cadence des machines, la fatigue physique, les rapports bourrus entre compagnons de travail, tendus entre ouvriers et patrons, Georges Gauthier chavire, incapable de prier... Puis, peu à peu, soutenu par une communauté de prêtres-ouvriers qui se réunissent régulièrement pour partager l'Evangile et célébrer l'Eucharistie, il reprend pied, comprenant que le secret de la Foi se cache définitivement du côté des plus pauvres et donc des ouvriers. Contraint de garder le silence sur sa situation, pour être de plain-pied avec les autres,
il ne cesse d'attirer les regards sur lui et bientôt prend en
charge des responsabilités syndicales de plus en plus
importantes… .